Super fruit de saison

Présent sur nos étals depuis le mois d’août, le raisin est le fruit star de l’automne.

Gorgé de vitamines, de minéraux et de phytonutriments, le raisin, qu’il soit blanc ou rouge, est une grappe de bienfaits.

Sa teneur non négligeable en potassium, calcium et magnésium contribue à une bonne régulation de l’équilibre acido-basique de nos organismes. Source de vitamines, notamment celles du groupe B, indispensables dans un grand nombre de réactions, le raisin joue un rôle bénéfique sur le fonctionnement du cerveau, du système immunitaire, de la croissance et la santé des cheveux, des ongles et de la peau …

Riche en fibres, concentrées dans la peau et les pépins (2 à 3%), le raisin a des effets bénéfiques sur le transit. Ce dernier est aussi stimulé par la présence de levures naturelles sur la peau des grains. En cas de sensibilité digestive, il vaut mieux cependant les retirer ou choisir des variétés sans pépins.

Sa teneur faible en vitamine C (4 à 10mg/100 g) est contrebalancée par sa richesse en substances protectrices antioxydantes dont on ne vante plus les bienfaits sur la santé. La grande famille des polyphénols est bien représentée dans le raisin. On retrouve des flavonoïdes (en plus grande quantité dans le raisin blanc), et des stilbènes, dont le resvératrol réputé pour ses propriétés antioxydantes, antitumorales et anticancérigènes (Shahidi, 2015 ; Xia, 2010). D’autres pigments exercent aussi une action antioxydante, les anthocyanes dans le raisin rouge et les caroténoïdes (béta-carotène et lutéine) concentrés plutôt dans le blanc.

Parce que ces molécules antioxydantes sont concentrées dans chaque partie du raisin et pas seulement dans la pulpe, il est important de bien mâcher chaque grain de raisin sans oublier les pépins. Ainsi, les molécules actives concentrées dans la peau, la pulpe et les pépins peuvent se libérer. Dans les pépins de raisin, on retrouve notamment des oligoproanthocyanidines ou OPC, molécules antioxydantes très puissantes, 20 fois plus que la vitamine C et 50 fois plus puissantes que la vitamine E.

En ce qui concerne le raisin, de nombreuses études ont montré que sa consommation régulière était liée à un risque réduit d’apparition de maladies chroniques y compris des maladies cardio-vasculaires et de certains cancers. (Iriti, 2009 ; Yang, 2013 ; Costa, 2017).

Bon à savoir : Le raisin est un fruit riche en sucres ; il faut compter entre 16 g de sucre pour 100 g de raisin blanc et jusqu’à 20 g de sucre pour 100 g de raisin noir. Croquer une grappe de raisin nous apporte autant de glucose que de fructose donc de l’énergie ! Il vaut mieux le consommer avec modération.

Connaissez-vous la farine de pépins de raisin ? Produite à partir des tourteaux de pépins dont on a extrait l’huile, elle possède une valeur nutritionnelle remarquable en antioxydants (OPC, catéchine, épicatéchine). Elle se consomme crue en petite quantité (env. 1 cuillère à café), ajoutée dans les mueslis, purées de fruits, salades etc. ou en association avec une autre farine pour réaliser pains, gâteaux, crêpes.

Quant à l’huile de pépins de raisins, riche en vitamine E, OPC et acides gras polyinsaturés, elle est très utilisée en cosmétologie. En protégeant des radicaux libres, elle prévient le vieillissement cutané et nourrit également la peau en profondeur. 

En pratique

Comment l’acheter ? Le raisin est un fruit assez fragile, qu’il faut sélectionner avec minutie et consommer rapidement (3, 4 jours max après son achat si réfrigéré dans un sachet papier). Choisissez des grains fermes, non ridés, bien attachés à la rafle souple. La pellicule blanche visible sur certains grains n’est pas un signe de pollution mais un gage de qualité et de fraîcheur ; il s’agit de la pruine, protection naturelle synthétisée par le fruit.

Bio, bien évidemment … le raisin étant un fruit sensible, des traitements phytosanitaires sont utilisés dans les cultures les autorisant. Il fait partie des fruits les plus contaminés en pesticides et un lavage méticuleux avant consommation n’en éliminera qu’une partie.

Comment consommer ? Cru ou cuit, il se consomme aussi bien en dessert qu’en plat si vous appréciez le sucré-salé.

Pour faire le plein de nutriments exceptionnels, croquez le chasselas de Moissac et le muscat de Hambourg !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :